La gauche de Louie

Pour commencer, une petite ballade en bateau. « C’est sympa ici les enfants, non ? Hahahaha… »
« Il n’y a pas vraiment d’autres vagues valables dans le coin mis à part Chopes, pas vrai ? » plaisante Owen après sa session. « On pourrait aller voir ailleurs mais on ne va pas vraiment le faire, n’est-ce pas ? » Le grand O est venu pour la première fois à Tahiti avec Rip Curl quand il avait 16 ans et est immédiatement tombé amoureux de cette gauche meurtrière. « Depuis ce jour, surfer cette vague est une idée fixe. Je veux la conquérir, y aller quand c’est le plus radical possible. »
« En fait, je ne recherche que des tubes parfaits et c’est exactement ce que j’ai trouvé en arrivant ici ! En plus, cela semble normal de surfer de super vagues avec des amis ou bien la famille, mais quand on suit le circuit Pro toute l’année, on apprécie vraiment ces parenthèses. »
La « bête », dans son genre… Un petit plongeon qu'on ne tenterait même pas sur un beachbreak classic. Fastoche ?
Les premiers jours, Owen essayait de faire diversion… "Oh regardez, c’est tellement joliiiii les enfants !.. Un arc en ciel ! Yeww ! Une vraie carte postale … Blablabla…"
« J’appréhendais l’arrivée de cette houle », se souvient Tyler. « En fait je pensais : c’est flippant ! Mais bon, j’avais envie qu’elle arrive et de me jeter à l’eau sans trop réfléchir à ce qui m'attendait… Dans un sens, c’était une bonne occasion d’expérimenter tout ça et j’espérais apprendre rapidement sans y laisser ma peau… haha… Autant que possible…»
Ca a pris un peu de temps mais "la petite" a persévéré malgré quelques gamelles dès le début. « Owen sait pousser mes limites et on sait tous que ça arrive… » raconte Ty, « Il a fait la même chose avec moi à P-Pass et j’ai bien cru qu’il allait me recoudre lui-même mais au final j’ai pris les meilleures vagues de ma vie ».
« Sur ce genre de session, je ne fais confiance qu’à une seule personne et c’est Owen. Je sais à quel point il est doué pour analyser une situation et anticiper les catastrophes. Il n’a jamais peur et j’adore ça. » Ty se laisse enfermer dans un tube qu’Owen lui a réservé rien que pour elle.
Après l’expédition de Spice Island, Tyler en profite pour scorer de nouvelles sortes de vagues et consolider son expérience. « Searcher, en ce qui me concerne, c’est tout simplement aller dans des endroits cool avec des gens cool. En bateau, en voiture ou en avion (ou bien les 3 en même temps !) découvrir des spots inconnus, c’est vraiment excitant. Et à l’arrivée c’est souvent mieux que ce auquel on s’attendait. Ca régénère. On fait ça depuis l’enfance et l’important n’est pas ce que l’on trouve mais de le faire.
Louie Hynd est vite devenu la mascotte du Search. Il est tout le temps disponible et prêt à partir. N’importe où, n’importe quand. Après sa saison sur le north-shore en 2014 (pendant laquelle il a surfé de bonnes grosses gauches), celle-là le comble de joie…
« Ce moment où tu es avec tes potes et que tu vois les vagues est super excitant, tout est réuni pour s’éclater ».
« Owen et Tyler ont bien profité de ces vagues dingues pendant quelques jours mais maintenant ils doivent repartir sur le World Tour, » explique Louie, « De mon côté j’étais libre, alors on a trouvé sur la carte un atoll éloigné qui avait l’air d’avoir du potentiel avec tous ces récifs. »
Cette partie du voyage s’est passée sous le signe du chiffre 4 : « Une vraie mission… 4 vols, 45 minutes de bateau prévues qui se sont transformées en 4 jours au milieu de l’océan pour finalement arriver sur une vague de 4 pieds pas terrible… »
Et finalement après 4 jours d’errance, il est devenu philosophe (et en plus avec un chapeau cool…)
Le soir, en se préparant pour le lendemain matin : "Ca sera plat, onshore ou bien génial ?"
Le lendemain, après un long moment à ramer, Louie se trouvait face à d’autres obstacles : « une fois sur place, il fallait traverser la rivière remplie de poissons, de raies manta et de requins. C’était un peu stressant mais ça montrait que l’endroit était vierge de l’empreinte de l’homme et il faut espérer que cela reste comme ça. (Note à Rip Curl : merci de ne pas y envoyer Mick Fanning… Disons… Jamais…) »
Est-ce que le nom Steve Irwin vous dit quelque chose ?
Vers l’intérieur, des gauches d’1,2 m, personne à l’horizon, le moment idéal pour Ted Grambeau de réaliser quelques photos de line-up…
Après s’être fait déposer, le loup solitaire est prêt à attaquer.
« C’est parfait. Le take off est facile et tu n’as plus ensuite qu’à t’installer dans le barrel. Si tu gères bien ta vitesse, tu peux y rester autant que tu veux, jusqu’à la fin."
Niché dans le tube à observer cette nouvelle vague sans nom ni aucune fiche d’identité, Louie se sentait libre.
Poussant sur le rail pendant 8 heures, seul à l’eau, Louie finit par totalement comprendre chaque section de la vague. « J’espère que cette vague restera comme ça, très difficile d’accès. Elle ne sera que pour les plus courageux, prêts à mettre tous leurs efforts afin de la trouver. »
A fleur de récif mieux vaut regardez sans toucher.
« S’engager sur des routes compliquées pour trouver de nouvelles vagues et se retrouver seul à surfer ces perfections c’est vraiment ça vivre le Search pour moi… » Amen.

Il y a un vieux dicton qui dit : « Avant d’accéder à la princesse, il faut d’abord tuer le dragon… ». Dans cette histoire, Louie Hynd a bien trouvé sa princesse sous la forme d’une gauche parfaite et personne à l’horizon, mais pas avant d’avoir vaincu le dragon Teahupo’o en compagnie des frères et sœurs Owen et Tyler Wright. Les trois ont approché le monstre en mode mega attaque…

Alors que le trip de Tyler (sa jeune sœur) et Louie les conduisait vers Spice Islands, Owen en a profité pour faire un stop en zone rouge… Avec un Teahupo’o de 3m parfait, aucune chance de le faire bouger sur une autre destination Search…

« Le swell est arrivé à Chopes alors que nous étions sur le point de partir, mais j’ai insisté pour rester ici. 3 jours à 3 mètres et plus ? Impossible de refuser ça » confirme Owen trainant le groupe vers une session mémorable…