Ou comment quitter les beachbreaks parfaits des Landes pour d’autres beachbreaks parfaits…

Les boys prêts pour la Ti droite ! A 13 ans, Kyllian a bien de la chance !

Miguel se positionne pour un tube bien creux sur à peine 20 cm de fond…

Kyllian sur son premier take-off s’entraine à planter le rail suffisamment tôt ; la vitesse de la vague est à prendre en compte mais quasiment tous les tubes sont jouables.

Le jeune Kyllian prend de la vitesse sur chaque vague : « Cette vague est tellement parfaite que même le soir j’en rêvais en m’endormant ». Surfer toute la journée rend l’esprit paisible et la fatigue physique des plus saines… On se demande comment font les autres pour trouver la sérénité absolue…

Kyllian - En fin de journée, profite à fond du genre de vagues que l’on score rarement dans une vie.

Miguel Blanco est un surfeur innovant et puissant qui passe beaucoup de temps chez lui entre Supertubos et Nazaré. Il suit désormais le circuit WQS et son expérience l’aide à s’adapter à toutes sortes de conditions sur le circuit.

Comment trouves-tu cet aspirateur de sable Miguel ?

Peut-être bien l’unique manœuvre de Miguel en une semaine.

Miguel reste sans voix devant cette scène.

Avec son expérience de La Gravière à Hossegor, Vincent a scoré la plupart des meilleurs tubes de la semaine.

Café, vin, fromages et blagues, les français gèrent tout cela avec classe même devant la caméra.

Vincent ralenti en direction du tube le plus profond de la session. Le sable au dessous permet aux surfeurs de prendre un peu plus de risque.

Une fois hors de l’eau, les surfeurs papotent design. La discussion s’anime autour des « allumettes » de Kyllian.

Les vagues sont les seules véritables « héros » d’un surf trip.

La Ti Droite attend patiemment qu’une tempête les souffle jusqu’en Europe…

Photos par Alex Lesbats. Ecrit par lucky Arnaud Le Tower

« Oranges qui gèlent en Floride, Tubes dans les Caraïbes »… Vieux dicton antillais…

Au fin fond du sud de la France, l’équipe Marketing de Rip Curl Europe était en train de checker les prévisions pour l’Est des Etats-Unis entre deux verres de bon vin et un morceau de fromage (comme il se faut). La vie est comme des vacances sans fin à Hossegor et le Team surf avait besoin de faire une coupure avec la perfection des beach breaks landais et les longues journées de plage. Chercher un nouveau Beach Break au moins aussi parfait semblait être une bonne idée.

Plutôt doués pour décrypter les cartes météo et avec les oranges réellement en train de geler en Floride, c’était assez simple de voir que quelque chose d’intéressant se tramait du côté des Antilles.

Mais pas n’importe où, il pensaient à une vague en particulier, une droite de rêve qui s’échoue au bord de la plage sur un fond de sable. Une vague digne des fantasmes de tout surfeur.

De plus, ça semblait être une destination parfaite pour le surfeur français de base : il y fait chaud, il y a du sable fin, du poulet Colombo, des accras de morue et un peu de rhum pour couronner le tout.

Après quelques cafés, la décision s’était prise rapidement avec le tout nouveau Searcher Vincent Duvignac qui s’était ensuite précipité chez lui se préparer pour s’envoler dès le lendemain en direction des Antilles.

Vincent a 28 ans, il est né et a grandi dans les Landes. C’est un des surfeurs de La Gravière les plus respecté quelqu’en soit la taille. Après avoir signé avec Rip Curl en janvier dernier il a décidé de recentrer sa carrière sur le Search plutôt que le circuit Pro.

Il appartient à cette génération qui a découvert le Search à travers les videos de Tom Curren qui est aussi l’un de ses surfeurs préféré.

Le jeune Kyllian Guérin (13 ans à peine) et Miguel Blanco du Portugal ont tous les deux été invités à rejoindre Vincent sur ce trip.

Malgré son jeune âge, Kyllian fait parti du Team Rip Curl depuis longtemps. Il organise son quotidien en fonction des conditions et suit sa scolarité via internet ce qui lui permet de ne louper aucune bonne session. Il a déjà parcouru une bonne partie de la planète et accompagné de son père se rend sur tous les événements majeurs Rip Curl, de Bells Beach à Peniche. Le reste du temps il se partage entre le Costa-Rica et Hossegor ou il perfectionne son approche des vagues creuses. Il a déjà fait ses preuves dans des tubes puissants et c’est la raison pour laquelle les “grands” ont accepté de l’amener.

Miguel Blanco est un jeune portugais de 20 ans qui vient de Cascais près de Lisbonne. Après avoir remporté plusieurs Pro Junior en Europe il suit désormais le circuit WQS et espère bien rentrer dans le top 32 de la World Surf League. Miguel est un surfeur puissant et innovant. Il s’est fait une réputation en surfant les tubes creux de Supertubos ou les monstres de Nazaré. Miguel qui était rentré dans le Team Rip Curl à peine un mois auparavant était juste heureux de partir au milieu de nul part.

Une petite île bordée de tubes parfaits de 1m à 2m, incroyablement creux et dans une eau turquoise n’attendait qu’un peu de compagnie.

Après un bon petit déjeuner au Café de Paris et la Citroën chargée à ras bord, les garcons ont dit au revoir à toutes les filles du centre ville d’Hossegor pour prendre la direction de l’aéroport.

Au bout de 10 heures de vol, plusieurs heures d’attente en transit et 12 heures de bateau, ils pouvaient vérifier que le vieux dicton concernant les oranges était totalement vrai : une petite île bordée de tubes parfaits de 1m à 2m, incroyablement creux et dans une eau turquoise n’attendait qu’un peu de compagnie.

La vague en elle même peut être inconsistante et demande un peu de patience, mais là les conditions étaient au top et ce fut juste un festival quotidien de tubes.

Les journées se sont succédées comme un flash entre les tubes, le poulet Colombo, le poisson grillé, le ti punch (enfin pas pour Kyllian qui devra attendre encore quelques années pour y goûter) et … à nouveau des tubes.

Après une semaine parfaite, le retour en bateau devait ramener tout le monde à la réalité alors qu’ils croisaient une énorme tempête tropicale. Résultat, trois planches envolées à jamais et un deck recouvert de Poulet Colombo mal digéré…

De retour à Hossegor les garcons avaient bien des histoires à se raconter, au sujet d’une petite île de pirates perdue qui renferme un vrai trésor…