Les étrangers (1ère partie)

Nous n'avions aucune garantie de trouver des vagues surfables. Par contre nous savions que les rencontres humaines, le littoral sauvage et les récifs vierges jalonneraient notre route.
En théorie tout s'annonçait bien mais en réalité l'insécurité planait ; les réunions et célébrations religieuses étaient en permanence ombragées par la menace de conflits proches et imminents au Moyen-Orient.
Le son des klaxons est proportionnel à la taille du véhicule auquel il est rattaché ce qui anime la circulation de manière surréaliste. On se retrouve ainsi au milieu d'une discussion virulente entre des centaines de tuk-tuks métalliques.
En attendant les autorisations on s'est balladés rencontrant au détour d'une route des couples d'éléphants et leurs maîtres sur le chemin du travail dantesque qui les attend.
Plus tard nous les retrouvions dans la rivière appréciant la fraicheur de l'eau et le lavage à la brosse appliqué par les tout petits dresseurs.
Sur le rivage s'étalent d'immenses filets triangulaires intelligemment reliés à des tiges en bambou que les pêcheurs abaissent sur les bancs de poissons venus de l'estuaire.
Je lui ai demandé si c'était un noeud dans son sarong ou bien juste la joie de me voir...
Les bières se faisaient rares et nous sommes vite passés au thé, une tradition issue de l'ancien régime britannique.
Encore la confirmation que la rumeur est souvent dans le vrai…
Au bout de 3 jours d’attente je me demandaissi nous alions obtenir les autorisations nécessaires. Les gens du gouvernement ici sont de vrais bureaucrates… Mais tard dans la journée ils nous ont tout validé et nous nous sommes retrouvés dans un avion minuscule les uns sur les autres en direction de… nous ne savions même pas ce qui nous attendait…
Alors que la côte s’éloignait l’océan au-dessous de nous passait d’un bleu sombre à un turquoise et vert émeraude qui donnait envie de s’y immerger.
Nous avons atterri sur une petite île et immédiatement sommes retrouvés avec un nouveau groupe de bureaucrates et d’hommes armés moyennement sympathiques qui nous escortèrent vers notre transport.
Libres, nous nous préparions à trouver des vagues. Il semblait clair que les locaux n’avaient jamais vu de surfeurs auparavant et une foule se mit à suivre les jeunes surfeurs et leur étrange équipement le long des rues.
L’un d’entre nous avait repéré une sorte de gauche assez loin sur la côte au nord de l’île. Nous n’avons pas été déçus parceque nous avons trouvé.
Nous étions en hauteur sur des montagnes émergées de l’océan avec à l’Est des atolls et un récif à fleur d’eau qui contournait un immense lagon bleu.
La foule se dirigeait vers le bateau échoué, les femmes dans leurs Burgas de couleurs dignes d’une palette d’Henri Matisse et qui contrastaient avec le lagon bleu marine.
Le vent s’enroulait autour de la pointe de l’île jusqu’à tourner off-shore sur une petite houle qui arrivait en gauche avec un bol et un assez long mur.
“Je ne crois pas qu’ils ai déjà vu des gens sur des vagues” constate Luke Hynd après avoir surfé sa toute première vague vierge.
"Je ne crois pas qu’ils ai déjà vu des gens sur des vagues"
“Pouvoir partager le surf avec des gens qui le découvre c’est toujours excitant” explique Luke devant le public intrigué.
Pat Curren est l’un des fils du légendaire Tom Curren et semble apprécier l’aventure qu’apporte le surf autant que lui.
Pat : “Nous avions un vrai public de locaux très sympas qui nous regardaient comme si nous étions des extra-terrestres. J’espère qu’ils surferont aussi un jour!”
Pat, à l’aise sur le bol à l’inside.
Mirage Boardshorts
Apprenez plus
Seuls et libres sur cette vague jamais surfée auparavant… Nous savions que nous vivions un privilège rare de nos jours.
“Dillon est intelligent, il aime la réflexion et passe son temps libre loin des réseaux sociaux. Il préfère résoudre des équations ou des problèmes de trigonométrie” explique le photographe Dave Sparkes, habitué à voyager avec Dillon.
SearchGPS Watch
Apprenez plus
Dillon tentait de décrire le phénomène de “la vague qui double de taille et on ne sait pas pourquoi”... “On ne voit pas venir la houle qui cogne l’autre côté de la pointe et vient ce former le long de la pointe, la vague semble plate et soudain ce qu’il en reste reforme en deux fois plus gros”
Dillon est un surfeur aérien et puissant qui aime aussi parfois se laisser porter simplement au rythme de la vague.
Après cette super session sur une vague trouvée à peine 2 minutes après notre atterrissage, tout semblait possible. Qu’allions-nous découvrir sur les autres îles ? C’est ce que nous nous demandions en embarquant sur le bateau qui nous dirigeait vers l’horizon azur. Rejoignez-nous sur le Search la troisième semaine de janvier 2016.

Comme souvent les meilleurs récits de voyage prennent place sur de nouveaux line-up jamais surfés auparant…

Pour être honnête, ça ne semblait pas très prometteur… La distance de chez nous et l’isolement de ces îles renforçaient nos doutes. Malgré tout, la rumeur s’est transformée peu à peu en mythe avec au final un vague espoir de réalité : de nouveaux line-up, jamais surfés auparavant. Le Search dans toute sa splendeur.

Textes et légendes de Dave Sparkes. Photos Dave Sparkes et Ted Grambeau. Video par Scott Mclimont et Tom Jennings.